Chronologie de l'histoire

Déclaration des droits

Déclaration des droits


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Déclaration des droits est considérée par certains historiens comme le début de la monarchie constitutionnelle - selon laquelle un roi ou une reine était effectivement lié par la loi quant à ce qu'il pouvait faire et plus particulièrement à ce qu'il ne pouvait pas faire.

«Loi déclarant les droits et libertés du sujet et réglant la succession de la Couronne

Alors que les seigneurs spirituels et temporels et les communes se sont réunis à Westminster, représentant légalement, pleinement et librement tous les domaines du peuple de ce royaume, ont fait le 13 février de l'année de notre Seigneur mille six cent quatre-vingt-huit style ancien date présente à Leurs Majestés, alors appelée et connue par les noms et le style de William et Mary, prince et princesse d'Orange, étant présents en leurs propres personnes, une certaine déclaration écrite faite par lesdits Lords et Communes dans les mots suivants, à savoir:

Attendu que feu le roi Jacques II, avec l'aide de divers mauvais conseillers, juges et ministres employés par lui, s'est efforcé de renverser et d'extirper la religion protestante et les lois et libertés de ce royaume;
En assumant et en exerçant un pouvoir de dérogation et de suspension des lois et de l'exécution des lois sans le consentement du Parlement; En engageant et en poursuivant des plongeurs dignes prélats pour avoir humblement demandé à être dispensés de consentir audit pouvoir supposé;
En délivrant et en faisant exécuter une commission sous le grand sceau pour ériger un tribunal appelé la Cour des commissaires pour les causes ecclésiastiques;
En prélevant de l'argent pour et à l'usage de la Couronne sous prétexte de prérogative à un autre moment et d'une autre manière que celle-ci a été accordée par le Parlement;
En levant et en maintenant une armée permanente dans ce royaume en temps de paix sans le consentement du Parlement, et en cantonnant les soldats contre la loi;
En faisant désarmer plusieurs bons sujets protestants en même temps que les papistes étaient à la fois armés et employés contrairement à la loi;
En violant la liberté d'élection des membres du Parlement;
Par des poursuites devant la Cour du Banc du Roi pour des affaires et des causes connues seulement du Parlement, et par divers autres recours arbitraires et illégaux;
Et considérant que ces dernières années, des personnes partiellement corrompues et non qualifiées ont été renvoyées et ont fait partie de jurys lors de procès, et en particulier de divers jurés lors de procès pour haute trahison qui n'étaient pas des propriétaires libres;
Et une caution excessive a été exigée des personnes engagées dans des affaires pénales pour échapper au bénéfice des lois faites pour la liberté des sujets;
Et des amendes excessives ont été infligées;
Et des châtiments illégaux et cruels infligés;
Et plusieurs concessions et promesses faites d'amendes et de confiscations avant toute condamnation ou jugement contre les personnes sur lesquelles elles devaient être prélevées;
Tout ce qui est totalement et directement contraire aux lois et statuts connus et à la liberté de ce royaume;

Et tandis que ledit défunt roi Jacques II ayant abdiqué le gouvernement et le trône étant ainsi vacant, Son Altesse le prince d'Orange (qu'il a plu au Dieu Tout-Puissant de faire le glorieux instrument pour délivrer ce royaume du papisme et du pouvoir arbitraire) l'a fait ( par les conseils des Lords Spiritual and Temporal et divers principaux responsables des Communes) faire écrire des lettres aux Lords Spiritual and Temporal étant protestants, et d'autres lettres aux différents comtés, villes, universités, arrondissements et ports de cinque, pour le le choix de ces personnes pour les représenter comme étant de droit à être envoyées au Parlement, pour se réunir et siéger à Westminster le deux et vingtième jour de janvier de cette année mille six cent quatre-vingt-huit date de style ancien, afin de telle l'établissement que leur religion, leurs lois et leurs libertés ne risquaient plus d'être subverties, lettres sur lesquelles des élections avaient été faites en conséquence;

Et là-dessus, lesdits seigneurs spirituels et temporels et communes, conformément à leurs lettres et élections respectives, étant maintenant réunis en un représentant libre et complet de cette nation, en tenant compte de leur considération la plus sérieuse des meilleurs moyens d'atteindre les fins susmentionnées, faire dans le premier lieu (comme l'ont fait leurs ancêtres dans un cas similaire) pour revendiquer et affirmer leurs anciens droits et libertés déclarent:

Que le prétendu pouvoir de suspendre les lois ou l'exécution des lois par l'autorité royale sans le consentement du Parlement est illégal;
Que le prétendu pouvoir de déroger aux lois ou d'exécuter des lois par l'autorité royale, tel qu'il a été supposé et exercé récemment, est illégal;
Que la commission d'érection du défunt Tribunal des commissaires aux causes ecclésiastiques et toutes les autres commissions et tribunaux de même nature sont illégaux et pernicieux;
Il est illégal de prélever de l'argent pour ou à l'usage de la Couronne sous prétexte de prérogative, sans octroi du Parlement, pour une période plus longue ou d'une autre manière que celle-ci est ou sera accordée.
Qu'il est du droit des sujets de pétitionner le roi, et que tous les engagements et poursuites pour une telle pétition sont illégaux;
Que la constitution ou le maintien d'une armée permanente dans le royaume en temps de paix, à moins que ce ne soit avec le consentement du Parlement, est contraire à la loi;
Que les sujets protestants puissent disposer d'armes de défense adaptées à leurs conditions et autorisées par la loi;
Cette élection des députés devrait être libre;
Que la liberté de parole et les débats ou délibérations au Parlement ne devraient pas être mis en accusation ou remis en question devant un tribunal ou un lieu extérieur au Parlement;
Cette caution excessive ne devrait pas être exigée, ni des amendes excessives imposées, ni des peines cruelles et inhabituelles infligées;
Que les jurés devraient être dûment impulsés et renvoyés, et les jurés qui condamnent les hommes dans les procès pour haute trahison devraient être des propriétaires libres;
Que toutes les concessions et promesses d'amendes et de confiscations de certaines personnes avant leur condamnation sont illégales et nulles;
Et que pour le redressement de tous les griefs, et pour la modification, le renforcement et la préservation des lois, les parlements devraient être tenus fréquemment.

Et ils revendiquent, réclament et insistent sur tous et singulièrement les prémisses comme leurs droits et libertés incontestables, et qu'aucune déclaration, jugement, acte ou procédure au préjudice du peuple dans l'une desdites prémisses ne doit en aucune manière être établi ci-après en conséquence ou en exemple; à cette revendication de leurs droits, ils sont particulièrement encouragés par la déclaration de Son Altesse le prince d'Orange comme étant le seul moyen d'y obtenir réparation et réparation.

Ayant donc toute confiance que son Altesse le prince d'Orange perfectionnera la délivrance jusqu'ici avancée par lui, et les préservera encore de la violation de leurs droits qu'ils ont revendiqués ici, et de toutes autres tentatives contre leur religion, droits et libertés, lesdits seigneurs spirituels et temporels et les communes réunies à Westminster résolvent que William et Mary, prince et princesse d'Orange, soient et soient déclarés roi et reine d'Angleterre, de France et d'Irlande et des dominions qui en font partie pour détenir la couronne et la dignité royale desdits royaumes et dominations pour eux, ledit prince et la princesse, pendant leur vie et la vie du survivant pour eux, et que le seul et plein exercice du pouvoir royal ne soit exercé et exécuté que par ledit prince d'Orange au nom desdits prince et princesse au cours de leur vie commune, et après leurs décès, ladite couronne et la dignité royale des mêmes royaumes et dominions soient au hei rs du corps de ladite princesse, et pour défaut de délivrance à la princesse Anne de Danemark et aux héritiers de son corps, et pour défaut de délivrance aux héritiers du corps dudit prince d'Orange. Et les Seigneurs Spirituels et Temporels et Communes prient lesdits prince et princesse de les accepter en conséquence.

Et que les serments ci-après mentionnés soient prêtés par toutes les personnes dont les serments ont allégeance et suprématie pourraient être exigées par la loi, à leur place; et que lesdits serments d'allégeance et de suprématie soient abrogés.

«Moi, A.B., je promets et jure sincèrement que je serai fidèle et serai fidèle à Leurs Majestés le Roi William et la Reine Mary. Alors aidez-moi Dieu. "

«Je, AB, jure que de mon cœur je déteste, déteste et abjure comme impie et hérétique cette damnable doctrine et position, que les princes excommuniés ou privés par le Pape ou toute autorité du siège de Rome peuvent être déposés ou assassinés par leurs sujets ou tout autre que ce soit. Et je déclare qu'aucun prince, personne, prélat, État ou potentat étranger n'a ou ne devrait avoir de juridiction, de pouvoir, de supériorité, de prééminence ou d'autorité, ecclésiastique ou spirituelle, dans ce domaine. Alors aidez-moi Dieu. "

Sur quoi leursdites Majestés ont accepté la couronne et la dignité royale des royaumes d'Angleterre, de France et d'Irlande, et les dominions y appartenant, selon la résolution et le désir desdits seigneurs et communes contenus dans ladite déclaration.

Et sur ce, leurs Majestés se réjouirent que lesdits seigneurs spirituels et temporels et communes, étant les deux chambres du Parlement, continuent de siéger et, avec l'accord royal de leurs Majestés, prennent des dispositions effectives pour le règlement de la religion, des lois et des libertés de cette royaume, afin que le même pour l'avenir ne soit plus en danger d'être renversé, ce que lesdits seigneurs spirituels et temporels et communes ont convenu, et d'agir en conséquence.

Maintenant, conformément aux prémisses, lesdits seigneurs spirituels et temporels et les Communes au Parlement se sont réunis pour ratifier, confirmer et établir ladite déclaration et les articles, clauses, questions et choses qui y sont contenus par la force de la loi faite en bonne et due forme par l'autorité du Parlement, prions pour qu'il soit déclaré et promulgué que tous et singulièrement les droits et libertés affirmés et revendiqués dans ladite déclaration sont les droits et libertés véritables, anciens et indubitables du peuple de ce royaume, et seront donc estimés, autorisé, jugé, réputé et considéré comme étant; et que toutes les informations susmentionnées doivent être fermement et strictement respectées et respectées telles qu'elles sont exprimées dans ladite déclaration, et tous les officiers et ministres, quels qu'ils soient, doivent servir leurs Majestés et leurs successeurs conformément à celles-ci en tout temps à venir.

Et lesdits seigneurs spirituels et temporels et communs, considérant sérieusement comment cela a plu au Dieu Tout-Puissant dans sa merveilleuse providence et sa bonté miséricordieuse envers cette nation de fournir et de préserver les personnes royales de ces dites majestés pour régner sur nous sur le trône de leurs ancêtres. , pour lesquels ils lui rendent du fond du cœur leurs plus humbles remerciements et louanges, pensent sincèrement, fermement, assurément et dans la sincérité de leur cœur, et reconnaissent, reconnaissent et déclarent par la présente que le roi Jacques II ayant abdiqué le gouvernement, et leurs Majestés ayant accepté la couronne et la dignité royale comme susmentionné, leurs dites Majestés sont devenues, étaient, sont et devraient être par les lois de ce royaume notre souverain seigneur et dame, roi et reine d'Angleterre, La France et l'Irlande et les dominions y appartenant, appartenant à et aux personnes princières de l'État royal, de la couronne et de la dignité desdits royaumes avec tous les honneurs, styles, titres, royaux Les propriétés, prérogatives, pouvoirs, juridictions et autorités à la même appartenance et appartenance sont investis et incorporés de la manière la plus complète, la plus légitime et la plus complète, unis et annexés. Et pour empêcher toutes les questions et divisions dans ce domaine en raison de prétendus titres à la couronne, et pour préserver une certitude dans la succession de ceux-ci, dans et sur laquelle l'unité, la paix, la tranquillité et la sécurité de cette nation se composent entièrement de Dieu et dépendent, lesdits Seigneurs spirituels et temporels et Communes implorent Leurs Majestés qu'il puisse être promulgué, établi et déclaré, que la couronne et le gouvernement royal desdits royaumes et dominions, avec tous et singulièrement les prémisses de leur appartenance et de leur appartenance, doivent être et continuer à leurs dites Majestés et à leur survivant pendant leur vie et la vie de leur survivant, et que l'exercice entier, parfait et complet du pouvoir royal et du gouvernement ne soit exercé et exécuté par Sa Majesté qu'aux noms de leurs Majestés au cours de leur vie commune; et après leurs décès, ladite couronne et lesdits locaux seront et resteront aux héritiers du corps de Sa Majesté, et, à défaut de cette délivrance, à Son Altesse Royale la princesse Anne de Danemark et aux héritiers du corps de ladite Majesté; et en conséquence, lesdits seigneurs spirituels et temporels et communes font au nom de toutes les personnes susmentionnées le plus humblement et le plus fidèlement se soumettent, leurs héritiers et leurs postérités pour toujours, et promettent fidèlement qu'ils se tiendront, maintiendront et défendront leurs dites majestés, et aussi la limitation et la succession de la couronne spécifiée et contenue, dans toute la mesure de leurs pouvoirs avec leur vie et leurs successions contre toutes les personnes qui tenteront quoi que ce soit de contraire.

Et bien qu'il ait été constaté par expérience qu'il est incompatible avec la sécurité et le bien-être de ce royaume protestant d'être gouverné par un prince papin, ou par tout roi ou reine épousant un papiste, lesdits seigneurs spirituels et temporels et communs prient davantage qu'il peut être décrété, que toute personne et toutes les personnes qui sont, sont ou seront réconciliées avec le siège ou l'Église de Rome, ou qui seront en communion avec elle, ou professeront la religion populeuse, ou épouseront un papiste, seront exclues et être à jamais incapable d'hériter, de posséder ou de jouir de la couronne et du gouvernement de ce royaume et de l'Irlande et des dominions qui en font partie ou d'y appartenir, ou d'avoir, d'utiliser ou d'exercer un pouvoir, une autorité ou une juridiction royale au sein de ceux-ci; et dans tous ces cas, les gens de ces royaumes seront et sont par la présente dispensés de leur allégeance; et ladite couronne et ledit gouvernement descendront de temps à autre et seront appréciés par la ou les personnes protestantes qui auraient dû hériter et jouir de la même chose au cas où ladite ou lesdites personnes ainsi réconciliées, tenant la communion ou professant ou se mariant comme susmentionné étaient naturellement mort; et que chaque roi et reine de ce royaume qui, à tout moment par la suite, viendra et réussira dans la couronne impériale de ce royaume le premier jour de la réunion du premier Parlement suivant après sa venue à la couronne, siégeant en son trône à la Chambre des pairs en présence des seigneurs et des communes qui y sont réunis, ou à son couronnement devant la ou les personnes qui doivent lui prêter le serment de couronnement au moment où il prête serment. ledit serment (qui arrivera en premier), fera, souscrira et répétera de façon audible la déclaration mentionnée dans le statut fait dans la trentième année du règne du roi Charles II intitulé, Loi visant à préserver plus efficacement la personne et le gouvernement du roi en empêchant les papistes de siéger dans l'une ou l'autre chambre du Parlement. Mais s'il arrive qu'un tel roi ou une telle reine lors de sa succession à la couronne de ce royaume soit âgé de moins de douze ans, alors chaque roi ou cette reine fera, souscrira et répétera de manière audible la même déclaration à son nom. le couronnement ou le premier jour de la réunion du premier Parlement susmentionné qui aura lieu pour la première fois après que le roi ou la reine aura atteint l'âge de douze ans.

Tout ce dont leurs Majestés sont satisfaites et satisfaites sera déclaré, promulgué et établi par l'autorité du présent Parlement, et demeurera, restera et sera la loi de ce royaume pour toujours; et les mêmes sont par leurs Majestés dites, par et avec l'avis et le consentement des Seigneurs Spirituels et Temporels et Communes réunies au Parlement et par l'autorité de celles-ci, déclarées, édictées et établies en conséquence.

II. Et qu'il soit en outre déclaré et promulgué par l'autorité susmentionnée, qu'à compter de la présente session du Parlement, aucune dispense de non obstante de ou à toute loi ou partie de celle-ci est autorisée, mais que celle-ci doit être déclarée nulle et sans effet, sauf dérogation accordée dans cette loi, et sauf dans les cas qui sont spécialement prévus par un ou plus de projets de loi à adopter au cours de la présente session du Parlement.

III. Pourvu qu'aucune charte ou octroi ou pardon accordé avant le trois et le vingt octobre de l'année de Notre Seigneur mille six cent quatre-vingt-neuf date de style ancien ne soit de quelque manière que ce soit mis en accusation ou invalidé par la présente loi, mais qu'il en sera de même et restent de la même force et du même effet en droit et rien d'autre que comme si cette loi n'avait jamais été promulguée. »