Podcasts sur l'histoire

Index principal : O

Index principal : O

Index principal : O

Encyclopédie d'histoire militaire sur le Web

Oui

YA-10, Curtiss
Yakovlev Yak-1,3,7,9 (1939-1953)
Forgeur Yakavlev Yak-38
Rivière Yalu, bataille de (1904 Corée)
Rivière Yalu, bataille navale du, (17 septembre 1894)
Yamazaki, bataille de, 29 avril 1333
Yang Wei croiseur protégé
Yanzi, combat de, 1er août 1813
Yarborough, USS (DD-314)
Yarmouth, HMS
Laine, USS (DD-143)/HMS Lincoln
Yecla, combat de, 11 avril 1813
Eremenko, Andreï Ivanovitch (1892 - 1970)
Ying, bataille de, 203 av.
Rivière Yodo, bataille, 14 juin 1332
Hydravion de reconnaissance Yokosho 1 Go
Hydravion de reconnaissance Yokosho E1Y Type 14
Yokosho E5Y Marine Type 90-3 Hydravion de Reconnaissance
Hydravion de reconnaissance Yokosho E6Y Type 91
Entraîneur d'hydravions Yokosho I-go Ko-gata
Yokosho K1Y Basket Type 13 Marine
Yokosho K2Y Type 3 Entraîneur principal terrestre
Hydravion de reconnaissance Yokosho Navy Type 10
Hydravion de reconnaissance Yokosho Ro-go Ko-gata
Yokosuka B3Y Navy Type 92 Carrier Attack Aircraft
Jean Yokosuka B4Y Type 96 Carrier Attack Bomber (ou Kusho B4Y)
Yokosuka D3Y Myojo (Vénus)
Yokosuka D4Y Suisei (Comète) ‘Judy’
Yokosuka E14Y Navy Type 0 hydravion de reconnaissance sous-marin 'Glen'
Entraîneur d'hydravion Yokosuka K4Y1 Type 90
Entraîneur intermédiaire Yokosuka K5Y ‘Willow’ Type 93
Yokosuka MXY7 Ohka (fleur de cerisier) 'Baka'
Entraîneur intermédiaire Yokosuka Navy Type 91
Yokosuka P1Y Ginga (Voie lactée) 'Frances'
Yokosuka R1Y Seiun (nuage bleu)
Yokosuka R2Y Keiun (Beau Nuage ou Lucky Cloud)
Yorck, feld-maréchal Hans David Ludwig, Graf von Wartenburg, 1759-1830
York, bataille de, 27 avril 1813
York, George Neville, archevêque de, 1432-1476
York, Richard Plantagenet, troisième duc de, 1411-1460
Raid sur la côte du Yorkshire, 15-16 décembre 1914
Yorktown, bataille de
Yorktown, siège de, 4 avril au 4 mai 1862
Château de Yoshino, siège de, 1333
Jeune, USS (DD-312)
YP-29, Boeing (modèle 264)
Ypres, première bataille d', 19 octobre-22 novembre 1914
Ypres, deuxième bataille d', 22 avril-25 mai 1915
Ypres, troisième bataille d', 21 juillet-6 novembre 1917
Yser, bataille du, 18 octobre-30 novembre 1914
Yu Yuen


Branche principale de la bibliothèque publique de New York

Les Édifice Stephen A. Schwarzman, communément appelé le Branche principale ou la Bibliothèque publique de New York, [b] est le bâtiment phare du système de bibliothèques publiques de New York et un point de repère à Midtown Manhattan, à New York. La succursale, l'une des quatre bibliothèques de recherche du réseau de bibliothèques, comprend neuf divisions distinctes. La structure contient quatre histoires ouvertes au public. Les marches de l'entrée principale se trouvent sur la Cinquième Avenue à son intersection avec East 41st Street. À partir de 2015 [mise à jour] , la succursale contient environ 2,5 millions de volumes dans ses piles. [a] Le bâtiment a été déclaré monument historique national, site du registre national des lieux historiques et monument désigné de la ville de New York dans les années 1960.

La branche principale a été construite après la formation de la bibliothèque publique de New York en tant que combinaison de deux bibliothèques à la fin des années 1890. Le site, le long de la Cinquième Avenue entre les 40e et 42e rues, est situé directement à l'est de Bryant Park, sur le site du réservoir Croton. Le cabinet d'architectes Carrère and Hastings a construit la structure dans le style Beaux-Arts et la structure a ouvert ses portes le 23 mai 1911. La façade en marbre du bâtiment contient des détails ornés et l'entrée de la Cinquième Avenue est flanquée d'une paire de lions de pierre qui servir d'icône de la bibliothèque. L'intérieur du bâtiment contient la salle de lecture principale, un espace mesurant 78 x 297 pieds (24 x 91 m) avec un plafond de 52 pieds (16 m) une salle de catalogue public et diverses salles de lecture, bureaux et expositions d'art .

La succursale principale est devenue populaire après son ouverture et a accueilli 4 millions de visiteurs annuels dans les années 1920. Il contenait autrefois une bibliothèque circulante, bien que la division circulante de la succursale principale ait déménagé à la bibliothèque voisine de Mid-Manhattan en 1970. Un espace supplémentaire pour les piles de la bibliothèque a été construit sous le Bryant Park adjacent en 1991, et la salle de lecture principale de la succursale a été restaurée en 1998. Une restauration majeure de 2007 à 2011 a été garantie par un don de 100 millions de dollars du philanthrope Stephen A. Schwarzman, pour qui la succursale a ensuite été renommée. Depuis 2018, la succursale fait l'objet d'un agrandissement supplémentaire qui devrait être achevé en 2021.

La branche principale a été présentée dans de nombreuses émissions de télévision, y compris Seinfeld et Sexe et la ville, ainsi que des films tels que Le sorcier en 1978, chasseurs de fantômes en 1984, et Le surlendemain en 2004.


Contenu

La première organisation enregistrée du commerce des valeurs mobilières à New York entre les courtiers traitant directement les uns avec les autres remonte à l'Accord de Buttonwood. Auparavant, l'échange de titres avait été intermédié par les commissaires-priseurs, qui organisaient également des ventes aux enchères plus banales de produits de base tels que le blé et le tabac. [9] Le 17 mai 1792, vingt-quatre courtiers ont signé l'Accord de Buttonwood, qui fixait un taux de commission plancher facturé aux clients et obligeait les signataires à donner la préférence aux autres signataires dans les ventes de titres. Les premiers titres échangés étaient pour la plupart des titres gouvernementaux tels que les obligations de guerre de la guerre d'indépendance et les actions de la First Bank of the United States [9], bien que les actions de la Banque de New York étaient un titre non gouvernemental négocié au début. [10] La Bank of North America, avec la First Bank des États-Unis et la Bank of New York, ont été les premières actions négociées à la Bourse de New York. [11]

En 1817, les agents de change de New York, opérant dans le cadre de l'Accord de Buttonwood, instituèrent de nouvelles réformes et se réorganisèrent. Après avoir envoyé une délégation à Philadelphie pour observer l'organisation de leur conseil de courtiers, des restrictions sur les transactions manipulatrices ont été adoptées, ainsi que des organes formels de gouvernance. [9] Après s'être reformé sous le nom de New York Stock and Exchange Board, l'organisation de courtiers a commencé à louer des espaces exclusivement pour le commerce des valeurs mobilières, qui se déroulait auparavant au Tontine Coffee House. Plusieurs emplacements ont été utilisés entre 1817 et 1865, lorsque l'emplacement actuel a été adopté. [9]

L'invention du télégraphe électrique a consolidé les marchés et le marché de New York est devenu dominant sur Philadelphie après avoir mieux résisté à certaines paniques du marché que d'autres alternatives. [9] L'Open Board of Stock Brokers a été créé en 1864 en tant que concurrent du NYSE. Avec 354 membres, l'Open Board of Stock Brokers rivalisait avec le NYSE en termes de membres (qui en comptait 533) "parce qu'il utilisait un système de négociation continu plus moderne, supérieur aux sessions d'appel biquotidiennes du NYSE". L'Open Board of Stock Brokers a fusionné avec le NYSE en 1869. Robert Wright de Bloomberg écrit que la fusion a augmenté le nombre de membres du NYSE ainsi que le volume des transactions, car « plusieurs dizaines de bourses régionales étaient également en concurrence avec le NYSE pour les clients. les marchés avec le plus de transactions, ou la plus grande liquidité dans le jargon d'aujourd'hui. Minimiser la concurrence était essentiel pour maintenir un grand nombre d'ordres en circulation, et la fusion a aidé le NYSE à maintenir sa réputation de fournir une liquidité supérieure. [12] La guerre civile a considérablement stimulé le commerce de titres spéculatifs à New York. En 1869, le nombre de membres a dû être plafonné et a été sporadiquement augmenté depuis. La seconde moitié du XIXe siècle a vu une croissance rapide du commerce des valeurs mobilières. [13]

Le commerce des valeurs mobilières à la fin du XIXe et au début du XXe siècle était sujet à des paniques et à des krachs. La réglementation gouvernementale du commerce des valeurs mobilières a finalement été considérée comme nécessaire, les changements les plus spectaculaires ayant sans doute eu lieu dans les années 1930 après qu'un krach boursier majeur a précipité la Grande Dépression. Le NYSE a également imposé des règles supplémentaires en réponse aux contrôles de protection des actionnaires, par ex. en 2012, le NYSE a imposé des règles interdisant aux courtiers de voter sur des actions sans instruction. [14] : 2

Le Stock Exchange Luncheon Club était situé au septième étage de 1898 jusqu'à sa fermeture en 2006. [15]

Le 21 avril 2005, le NYSE a annoncé son intention de fusionner avec Archipelago dans le cadre d'un accord visant à réorganiser le NYSE en tant que société cotée en bourse. Le conseil d'administration de NYSE a voté la fusion avec son rival Archipelago le 6 décembre 2005 et est devenu une société publique à but lucratif. Elle a débuté ses activités sous le nom de NYSE Group le 8 mars 2006. Le 4 avril 2007, NYSE Group a finalisé sa fusion avec Euronext, la bourse européenne combinée, formant ainsi NYSE Euronext, la première bourse transatlantique.

Wall Street est le principal centre financier des États-Unis pour les activités financières internationales et le premier emplacement aux États-Unis pour la conduite de services financiers de gros. « Il comprend une matrice des secteurs financiers de gros, des marchés financiers, des institutions financières et des entreprises du secteur financier » (Robert, 2002). Les principaux secteurs sont l'industrie des valeurs mobilières, la banque commerciale, la gestion d'actifs et l'assurance.

Avant l'acquisition de NYSE Euronext par l'ICE en 2013, Marsh Carter était le président de NYSE et le PDG était Duncan Niederauer. Actuellement, [ lorsque? ] le président est Jeffrey Sprecher. [16] En 2016, Intercontinental Exchange Inc., propriétaire du NYSE, a généré 419 millions de dollars de revenus liés aux inscriptions. [17]

Événements notables Modifier

20e siècle Modifier

La bourse a été fermée peu de temps après le début de la Première Guerre mondiale (31 juillet 1914), mais elle a partiellement rouvert le 28 novembre de la même année afin d'aider l'effort de guerre en échangeant des obligations [18] et a complètement rouvert pour les actions. commerce à la mi-décembre.

Le 16 septembre 1920, l'attentat à la bombe de Wall Street s'est produit à l'extérieur du bâtiment, tuant trente-huit personnes et en blessant des centaines d'autres. [19] [20] [21]

Le crash de la Bourse du jeudi noir le 24 octobre 1929 et la panique de liquidation qui a commencé le mardi noir du 29 octobre sont souvent accusés d'avoir précipité la Grande Dépression. Dans un effort pour restaurer la confiance des investisseurs, la Bourse a dévoilé un programme en quinze points visant à améliorer la protection du public investisseur le 31 octobre 1938.

Le 1er octobre 1934, la bourse a été enregistrée en tant que bourse nationale de valeurs auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, avec un président et un conseil de trente-trois membres. Le 18 février 1971, la société à but non lucratif a été formée et le nombre de membres du conseil d'administration a été réduit à vingt-cinq.

L'un des coups publicitaires bien connus d'Abbie Hoffman a eu lieu en 1967, lorsqu'il a conduit des membres du mouvement Yippie à la galerie de la Bourse. Les provocateurs ont lancé des poignées de dollars vers la salle des marchés en dessous. Certains commerçants ont hué, d'autres ont ri et ont fait signe de la main. Trois mois plus tard, la bourse a fermé la galerie avec du verre pare-balles. [22] Hoffman a écrit une décennie plus tard, "Nous n'avons pas appelé la presse à ce moment-là nous n'avions vraiment aucune idée de quoi que ce soit appelé un événement médiatique." [23]

Le 19 octobre 1987, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a chuté de 508 points, soit une perte de 22,6 % en une seule journée, la deuxième plus forte baisse en un jour de la bourse. Le Black Monday a été suivi du Terrible Tuesday, une journée au cours de laquelle les systèmes de la Bourse n'ont pas bien fonctionné et certaines personnes ont eu du mal à terminer leurs transactions. [24]

Par la suite, il y a eu une autre baisse importante pour le Dow Jones le 13 octobre 1989 - le Mini-Crash de 1989. Le crash a apparemment été causé par une réaction à un reportage d'un accord de rachat à effet de levier de 6,75 milliards de dollars pour UAL Corporation, la société mère de United Airlines, qui est tombé en panne. Lorsque l'accord UAL a échoué, il a contribué à déclencher l'effondrement du marché des obligations de pacotille, faisant chuter le Dow Jones de 190,58 points, soit 6,91 %.

De même, il y avait une panique dans le monde financier au cours de l'année 1997, la crise financière asiatique. Comme la chute de nombreux marchés étrangers, le Dow Jones a subi une baisse de valeur de 7,18 % (554,26 points) le 27 octobre 1997, dans ce qui deviendra plus tard le Mini-Crash de 1997 mais dont le DJIA s'est rapidement remis. C'était la première fois que la règle du « disjoncteur » s'opérait.

21e siècle Modifier

Le 26 janvier 2000, une altercation lors du tournage du clip de "Sleep Now in the Fire" de Rage Against the Machine, réalisé par Michael Moore, a provoqué la fermeture des portes de l'échange et l'escorte du groupe hors du site. par la sécurité [25] après que les membres ont tenté d'entrer dans l'échange.

Au lendemain des attentats du 11 septembre, le NYSE a été fermé pendant quatre séances de bourse, reprenant le lundi 17 septembre, l'une des rares fois où le NYSE a été fermé pendant plus d'une séance et seulement la troisième fois depuis mars 1933. premier jour, le NYSE a subi une baisse de 7,1% en valeur (684 points) au bout d'une semaine, il a baissé de 14% (1.370 points). On estime que 1,4 billion de dollars ont été perdus dans les cinq jours suivant la négociation. [26] Le NYSE n'était qu'à 5 pâtés de maisons de Ground Zero.

Le 6 mai 2010, le Dow Jones Industrial Average a enregistré sa plus forte baisse en pourcentage intrajournalier depuis le krach du 19 octobre 1987, avec une perte de 998 points plus tard appelée Flash Crash de 2010 (la chute s'étant produite quelques minutes avant de rebondir). La SEC et la CFTC ont publié un rapport sur l'événement, bien qu'elles ne soient pas parvenues à une conclusion quant à la cause. Les régulateurs n'ont trouvé aucune preuve que la chute ait été causée par des ordres erronés (« gros doigt »). [27]

Le 29 octobre 2012, la bourse a été fermée pendant deux jours en raison de l'ouragan Sandy. [28] La dernière fois que la bourse a été fermée en raison de la météo pendant deux jours complets, c'était les 12 et 13 mars 1888. [29]

Le 1er mai 2014, la bourse a été condamnée à une amende de 4,5 millions de dollars par la Securities and Exchange Commission pour régler les accusations selon lesquelles elle avait enfreint les règles du marché. [30]

Le 14 août 2014, les actions de catégorie A de Berkshire Hathaway, les actions les plus cotées sur le NYSE, ont atteint 200 000 $ par action pour la première fois. [31]

Le 8 juillet 2015, des problèmes techniques ont affecté la bourse, interrompant la négociation à 11 h 32 HE. Le NYSE a rassuré les opérateurs boursiers que la panne n'était "pas le résultat d'une cyber-violation", et le Department of Homeland Security a confirmé qu'il n'y avait "aucun signe d'activité malveillante". [32] Le commerce a finalement repris à 15 h 10 HE le même jour.

Le 25 mai 2018, Stacey Cunningham, directrice des opérations de la NYSE, est devenue la 67e présidente du Big Board, succédant à Thomas Farley. [33] Elle est la première femme leader dans les 226 ans d'histoire de l'échange.

En mars 2020, le NYSE a annoncé son intention de passer temporairement au trading entièrement électronique le 23 mars 2020, en raison de la pandémie de COVID-19 à New York. [34] Le NYSE a rouvert le 26 mai 2020. [35]

Le bâtiment principal de la Bourse de New York, construit en 1903, est situé au 18 Broad Street, entre les coins de Wall Street et Exchange Place, et a été conçu dans le style Beaux-Arts par George B. Post. [36] La structure adjacente au 11 Wall Street, achevée en 1922, a été conçue dans un style similaire par Trowbridge & Livingston. Les bâtiments ont tous deux été désignés Monument Historique national en 1978. [37] [38] [39] 18 Broad Street est aussi un point de repère désigné par New York. [40]

La Bourse de New York est fermée le jour du Nouvel An, Martin Luther King, Jr. Day, l'anniversaire de Washington, le Vendredi saint, le Memorial Day, le jour de l'indépendance, la fête du Travail, Thanksgiving et Noël. Lorsque ces jours fériés surviennent un week-end, le jour férié est observé le jour de la semaine le plus proche. De plus, la Bourse ferme tôt la veille du Jour de l'Indépendance, le lendemain de Thanksgiving et de la veille de Noël. [41] Le NYSE compte en moyenne 253 jours de bourse par an.

La Bourse de New York (parfois appelée "La grande planche") fournit aux acheteurs et aux vendeurs un moyen de négocier des actions de sociétés inscrites au registre du commerce public. Le NYSE est ouvert aux négociations du lundi au vendredi de 9h30 à 16h00 HE, à l'exception des jours fériés déclarés par le Échangez à l'avance.

Le NYSE se négocie dans un format d'enchère continue, où les commerçants peuvent exécuter des transactions boursières au nom des investisseurs. Ils se réuniront autour du poste approprié où un courtier spécialisé, qui est employé par une société membre du NYSE (c'est-à-dire qu'il n'est pas un employé de la Bourse de New York), agit en tant que commissaire-priseur dans un environnement de marché d'enchères à la criée. de rapprocher acheteurs et vendeurs et de gérer l'enchère proprement dite. Ils facilitent à l'occasion (environ 10 % du temps) les échanges en engageant leur propre capital et diffusent bien entendu à la foule des informations qui contribuent à rapprocher acheteurs et vendeurs. Le processus d'enchères a évolué vers l'automatisation en 1995 grâce à l'utilisation d'ordinateurs portables sans fil (HHC). Le système permettait aux traders de recevoir et d'exécuter des ordres par voie électronique via une transmission sans fil. Le 25 septembre 1995, Michael Einersen, membre du NYSE, qui a conçu et développé ce système, a exécuté 1000 actions d'IBM via ce HHC mettant fin à un processus de 203 ans de transactions papier et inaugurant une ère de trading automatisé.

Depuis le 24 janvier 2007, toutes les actions du NYSE peuvent être négociées via son marché hybride électronique (à l'exception d'un petit groupe d'actions à prix très élevé). Les clients peuvent désormais envoyer des ordres pour une exécution électronique immédiate, ou acheminer des ordres vers le parquet pour les négocier sur le marché des enchères. Au cours des trois premiers mois de 2007, plus de 82 % de tous les volumes de commandes ont été livrés à l'étage par voie électronique. [42] NYSE travaille avec des régulateurs américains tels que la SEC et la CFTC pour coordonner les mesures de gestion des risques dans l'environnement de négociation électronique grâce à la mise en œuvre de mécanismes tels que des disjoncteurs et des points de réapprovisionnement en liquidités. [43]

Jusqu'en 2005, le droit de négocier directement des actions en bourse était conféré aux propriétaires des 1 366 « sièges ». Le terme vient du fait que jusqu'aux années 1870, les membres du NYSE étaient assis sur des chaises pour négocier. En 1868, le nombre de sièges a été fixé à 533, et ce nombre a été augmenté plusieurs fois au fil des ans. En 1953, le nombre de sièges était fixé à 1 366. Ces sièges étaient une marchandise recherchée car ils conféraient la possibilité de négocier directement des actions sur le NYSE, et les détenteurs de sièges étaient communément appelés membres du NYSE. La famille Barnes est la seule lignée connue à avoir cinq générations de membres du NYSE : Winthrop H. Barnes (admis en 1894), Richard W.P. Barnes (admis en 1926), Richard S. Barnes (admis en 1951), Robert H. Barnes (admis en 1972), Derek J. Barnes (admis en 2003). Les prix des sièges ont considérablement varié au fil des ans, diminuant généralement pendant les récessions et augmentant pendant les expansions économiques. Le siège corrigé de l'inflation le plus cher a été vendu en 1929 pour 625 000 $, ce qui, aujourd'hui, dépasserait les six millions de dollars. Ces derniers temps, les sièges se sont vendus jusqu'à 4 millions de dollars à la fin des années 90 et jusqu'à 1 million de dollars en 2001. En 2005, les prix des sièges ont grimpé à 3,25 millions de dollars lorsque la bourse a conclu un accord pour fusionner avec Archipelago et est devenue un société cotée en bourse à but lucratif. Les propriétaires de sièges ont reçu 500 000 $ en espèces par siège et 77 000 actions de la société nouvellement formée. Le NYSE vend désormais des licences d'un an pour négocier directement en bourse. Les licences de négociation au sol sont disponibles pour 40 000 $ et une licence pour la négociation d'obligations est disponible pour aussi peu que 1 000 $ à partir de 2010. .

À la suite du krach boursier du Black Monday en 1987, le NYSE a imposé des restrictions de négociation pour réduire la volatilité du marché et les ventes massives de panique. À la suite du changement de règle de 2011, au début de chaque jour de bourse, le NYSE définit trois niveaux de disjoncteur à des niveaux de 7 % (niveau 1), 13 % (niveau 2) et 20 % (niveau 3) du cours de clôture moyen. du S&P 500 pour le jour de bourse précédent. Les baisses de niveau 1 et de niveau 2 entraînent un arrêt de négociation de 15 minutes, à moins qu'elles ne surviennent après 15 h 25, lorsqu'aucune interruption de négociation ne s'applique. Une baisse de niveau 3 entraîne la suspension des échanges pour le reste de la journée. [45] (La plus forte baisse sur un jour du S&P 500 depuis 1987 a été la baisse de 11,98 % le 16 mars 2020.)

Indice composé NYSE Modifier

Au milieu des années 1960, le NYSE Composite Index (NYSE : NYA) a été créé, avec une valeur de base de 50 points égale à la clôture annuelle de 1965. [46] Cela a été fait pour refléter la valeur de toutes les actions négociées à la bourse au lieu de seulement les 30 actions incluses dans le Dow Jones Industrial Average. Pour rehausser le profil de l'indice composite, le NYSE a fixé en 2003 sa nouvelle valeur de base de 5 000 points égale à la clôture annuelle de 2002. Sa clôture fin 2013 était de 10 400,32.

Chronologie Modifier

  • En 1792, NYSE acquiert ses premiers titres négociés. [47][48]
  • En 1817, la constitution du New York Stock and Exchange Board est adoptée. Il avait également été établi par les courtiers de New York en tant qu'organisation formelle. [49]
  • En 1863, le nom a changé pour New York Stock Exchange.
  • En 1865, le New York Gold Exchange est racheté par le NYSE. [50]
  • En 1867, les téléscripteurs ont été introduits pour la première fois. [51]
  • En 1885, les 400 membres du NYSE de la Consolidated Stock Exchange se retirent de Consolidated en raison de désaccords sur les zones d'échange. [52]
  • En 1896, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) est publié pour la première fois dans Le journal de Wall Street. [51]
  • En 1903, le NYSE emménage dans de nouveaux quartiers au 18 Broad Street.
  • En 1906, le DJIA dépasse les 100 le 12 janvier.
  • En 1907, Panique de 1907.
  • En 1909, le négoce des obligations commence.
  • En 1915, la base de cotation et de négociation des actions passe du pourcentage de la valeur nominale au dollar.
  • En 1920, une bombe a explosé à Wall Street devant le bâtiment du NYSE. Trente-huit tués et des centaines de blessés.
  • En 1923, Poor's Publishing a introduit son « indice composite », aujourd'hui appelé S&P 500, qui suivait un petit nombre d'entreprises sur le NYSE. [53]
  • En 1929, le système central de cotation a été mis en place le jeudi noir 24 octobre et le mardi noir 29 octobre marquant la fin du marché haussier des années folles.
  • En 1938, NYSE nomme son premier président.
  • En 1943, la salle des marchés est ouverte aux femmes tandis que les hommes servaient pendant la Seconde Guerre mondiale. [54]
  • En 1949, le troisième plus long marché haussier (huit ans) commence. [55]
  • En 1954, le DJIA dépasse son pic de 1929 en dollars corrigés de l'inflation.
  • En 1956, le DJIA clôture au-dessus de 500 pour la première fois le 12 mars.
  • En 1957, après la fusion de Poor's Publishing avec le Standard Statistics Bureau, l'indice composite Standard & Poors s'est développé pour suivre 500 sociétés sur le NYSE, devenant connu sous le nom de S&P 500. [53]
  • En 1966, NYSE commence un indice composite de toutes les actions ordinaires cotées. C'est ce qu'on appelle l'« indice boursier commun » et est transmis quotidiennement. Le point de départ de l'indice est 50. Il est ensuite rebaptisé NYSE Composite Index. [56]
  • En 1967, Muriel Siebert devient la première femme membre de la Bourse de New York. [57]
  • En 1967, les manifestants dirigés par Abbie Hoffman jetaient principalement de faux billets d'un dollar sur les commerçants de la galerie, ce qui a conduit à l'installation de verre pare-balles.
  • En 1970, la Securities Investor Protection Corporation a été créée.
  • En 1971, NYSE s'est constituée et reconnue comme organisation à but non lucratif. [56]
  • En 1971, le NASDAQ a été fondé et rivalise avec le NYSE en tant que premier marché boursier électronique au monde. [58] À ce jour, le NASDAQ est la deuxième plus grande bourse au monde en termes de capitalisation boursière, derrière le NYSE. [59]
  • En 1972, le DJIA clôture au-dessus de 1 000 pour la première fois le 14 novembre.
  • En 1977, les courtiers étrangers sont admis au NYSE.
  • En 1980, le New York Futures Exchange a été créé.
  • En 1987, le lundi noir du 19 octobre a vu la deuxième plus forte baisse de pourcentage DJIA sur une journée (22,6 %, ou 508 points) de l'histoire.
  • En 1987, l'adhésion au NYSE atteint un prix record de 1,5 million de dollars.
  • En 1989, le 14 septembre, sept membres d'ACT-UP, The AIDS Coalition to Unleash Power, sont entrés dans le NYSE et ont protesté en s'enchaînant au balcon surplombant la salle des marchés et en déployant une banderole « SELL WELCOME » en référence à la drogue. fabricant Burroughs Wellcome. Suite à la manifestation, Burroughs Wellcome a réduit le prix de l'AZT (un médicament utilisé par les personnes vivant avec le VIH et le SIDA) de plus de 30 %. [60]
  • En 1990, le plus long marché haussier (dix ans) commence. [55]
  • En 1991, le DJIA dépasse les 3 000.
  • En 1995, le DJIA dépasse les 5 000.
  • En 1996, le téléscripteur en temps réel a été introduit. [61]
  • En 1997, le 27 octobre, une vente massive sur les marchés boursiers asiatiques nuit également aux marchés américains. DJIA voit le plus gros marché d'une journée point baisse de 554 (ou 7,18 %) dans l'histoire. [62]
  • En 1999, le DJIA dépasse les 10 000 le 29 mars.
  • En 2000, le DJIA culmine à 11 722,98 le 14 janvier, le premier indice mondial NYSE est lancé sous le ticker NYIID.

En 2020, le NYSE est temporairement passé au commerce électronique en raison de la pandémie de COVID-19. [67]

Fusion, acquisition et contrôle Modifier

En octobre 2008, NYSE Euronext a finalisé l'acquisition de l'American Stock Exchange (AMEX) pour 260 millions de dollars en actions. [68]

Le 15 février 2011, NYSE et Deutsche Börse ont annoncé leur fusion pour former une nouvelle société, encore sans nom, dans laquelle les actionnaires de Deutsche Börse détiendraient 60 % de la nouvelle entité et les actionnaires de NYSE Euronext 40 %.

Le 1er février 2012, la Commission européenne a bloqué la fusion de NYSE avec Deutsche Börse, après que le commissaire Joaquín Almunia a déclaré que la fusion « aurait conduit à un quasi-monopole des dérivés financiers européens dans le monde ». [69] Au lieu de cela, Deutsche Börse et NYSE devraient vendre soit leurs dérivés Eurex, soit leurs actions LIFFE afin de ne pas créer de monopole. Le 2 février 2012, NYSE Euronext et Deutsche Börse ont convenu d'annuler la fusion. [70]

En avril 2011, Intercontinental Exchange (ICE), une bourse à terme américaine, et le groupe NASDAQ OMX avaient fait ensemble une proposition non sollicitée d'achat de NYSE Euronext pour environ 11 000 000 000 USD, une opération dans laquelle le NASDAQ aurait pris le contrôle des bourses. [71] NYSE Euronext a rejeté cette offre à deux reprises, mais elle a finalement été résiliée après que le ministère de la Justice des États-Unis a indiqué son intention de bloquer l'accord en raison de préoccupations antitrust. [71]

En décembre 2012, ICE avait proposé d'acheter NYSE Euronext dans le cadre d'un échange d'actions d'une valorisation de 8 milliards de dollars. [8] [71] Les actionnaires de NYSE Euronext recevraient soit 33,12 $ en espèces, soit 11,27 $ en espèces et environ un sixième d'action d'ICE. Jeffrey Sprecher, président-directeur général d'ICE, conservera ces postes, mais quatre membres du conseil d'administration de la NYSE seront ajoutés au conseil d'administration d'ICE. [8]

Les cloches d'ouverture et de clôture du NYSE marquent le début et la fin de chaque jour de bourse. La cloche d'ouverture sonne à 9 h 30 HE pour marquer le début de la séance de négociation de la journée. À 16 h HE, la cloche de clôture sonne et les échanges pour la journée s'arrêtent. Il y a des cloches situées dans chacune des quatre sections principales du NYSE qui sonnent toutes en même temps une fois qu'un bouton est enfoncé. [72] Il y a trois boutons qui contrôlent les cloches, situés sur le panneau de commande derrière le podium qui surplombe la salle des marchés. La cloche principale, qui sonne au début et à la fin de la journée de négociation, est contrôlée par un bouton vert. Le deuxième bouton, de couleur orange, active une cloche à un coup qui sert à signaler un moment de silence. Un troisième bouton rouge contrôle une cloche de secours qui est utilisée au cas où la cloche principale ne sonnerait pas. [73]

Historique Modifier

Le signal pour commencer et arrêter le trading n'a pas toujours été une cloche. Le signal d'origine était un marteau (qui est toujours utilisé aujourd'hui avec la cloche), mais à la fin des années 1800, le NYSE a décidé de remplacer le marteau par un gong pour signaler le début et la fin de la journée. Après le changement de NYSE à son emplacement actuel au 18 Broad Street en 1903, le gong est passé au format de cloche qui est actuellement utilisé.

Aujourd'hui, il est courant de voir les événements très médiatisés au cours desquels une célébrité ou un dirigeant d'une entreprise se tient derrière le podium de la NYSE et appuie sur le bouton qui signale que la cloche doit sonner. En raison de la couverture offerte par les cloches d'ouverture/fermeture, de nombreuses entreprises coordonnent les lancements de nouveaux produits et d'autres événements liés au marketing pour qu'ils commencent le même jour que lorsque les représentants de l'entreprise sonnent. Ce n'est qu'en 1995 que le NYSE a commencé à faire sonner les cloches régulièrement par des invités spéciaux avant cela, sonner les cloches était généralement la responsabilité des gérants de la bourse. [72]

Sonneurs de cloches notables Modifier

La plupart des personnes qui sonnent la cloche sont des dirigeants d'entreprise dont les sociétés sont cotées en bourse. Cependant, il y a également eu de nombreuses personnes célèbres en dehors du monde des affaires qui ont sonné la cloche. Des athlètes tels que Joe DiMaggio des Yankees de New York et le champion olympique de natation Michael Phelps, des artistes tels que le rappeur Snoop Dogg, des membres de l'équipe College GameDay d'ESPN, la chanteuse et actrice Liza Minnelli [74] et des membres du groupe Kiss, et des politiciens tels que Le maire de New York Rudy Giuliani et le président sud-africain Nelson Mandela ont tous eu l'honneur de sonner la cloche. Deux secrétaires généraux des Nations Unies ont également sonné la cloche. Le 27 avril 2006, le Secrétaire général Kofi Annan a sonné la cloche d'ouverture pour lancer les Principes des Nations Unies pour l'investissement responsable. [75] Le 24 juillet 2013, le secrétaire général Ban Ki-moon a sonné la cloche de clôture pour célébrer l'adhésion de la NYSE à l'Initiative des Nations Unies pour les bourses durables. [76]

En outre, il y a eu de nombreux sonneurs célèbres pour leurs actes héroïques, tels que des membres de la police et des pompiers de New York à la suite des événements du 11 septembre, des membres des forces armées des États-Unis servant à l'étranger et des participants à divers organisations charitables.

Il y a également eu plusieurs personnages de fiction qui ont sonné la cloche, notamment Mickey Mouse, la panthère rose, M. Potato Head, le canard Aflac, Gene of The Emoji Movie, [77] et Dark Vador. [78]


Histoire et culture

"Le massacre de Sand Creek" de Robert Lindneaux décrit son concept de l'assaut du paisible village de Cheyenne et Arapaho par l'armée américaine.

Avec l'aimable autorisation de History Colorado H.6130.37

À l'aube du 29 novembre 1864, environ 675 soldats volontaires américains commandés par le colonel John M. Chivington attaquèrent un village d'environ 750 Indiens Cheyenne et Arapaho le long de Sand Creek dans le sud-est du territoire du Colorado. À l'aide d'armes légères et d'obusiers, les troupes ont chassé les gens de leur camp. Alors que beaucoup ont réussi à échapper à l'assaut initial, d'autres, en particulier des femmes, des enfants et des personnes âgées non combattants, ont fui vers le fond du lit asséché du cours d'eau. Les soldats ont suivi, leur tirant dessus alors qu'ils se débattaient dans la terre sablonneuse.

À plusieurs centaines de mètres au-dessus du village, les femmes et les enfants ont creusé frénétiquement des fosses et des tranchées de chaque côté du lit du ruisseau pour se protéger. Certains hommes adultes ont tenté de retenir l'armée avec les armes qu'ils avaient réussi à récupérer dans le camp, et à plusieurs endroits le long de Sand Creek, les soldats ont tiré sur des gens des rives opposées et ont avancé les obusiers pour attaquer leurs défenses improvisées. En huit heures, les troupes ont tué environ 230 personnes Cheyenne et Arapaho composées principalement de femmes, d'enfants et de personnes âgées. Au cours de l'après-midi et du lendemain, les soldats ont erré sur le terrain en commettant des atrocités sur les morts avant de quitter les lieux le 1er décembre pour reprendre la campagne.

Depuis la barbarie du 29 novembre, le massacre de Sand Creek reste l'un des événements les plus chargés d'émotion et les plus controversés de l'histoire américaine, une tragédie reflétant son époque et son lieu. The background of the Sand Creek Massacre lay in a whirlwind of events and issues registered by the ongoing Civil War in the East and West the overreactions by whites on the frontier to the 1862–1863 Dakota uprising in Minnesota and its aftermath the status of the various bands of Southern Cheyenne and Arapaho Indians relative to each other as well as other plains tribes the constant undercurrent of threatened Confederate incursions and the existing state of politics in Colorado including the intrigues of individual politicians in that territory. Perhaps most important, the seeds of the Sand Creek Massacre lay in the presence of two historically discordant cultures within a geographical area that both coveted for disparate reasons, an avoidable situation that resulted in tragedy.

In 2000, manuscript copies of letters from Captain Silas Soule and Lieutenant Joseph Cramer were found in Denver. These letters, as firsthand accounts of the massacre, reveal the moral resistance of some of the soldiers to the barbarism that surrounded them. As primary sources, these letters show much about the atrocities at Sand Creek while also demonstrating how a hundred men stood in resistance to orders.


Main Index: Y - History

Projet de manuels d'histoire d'Internet

[2019]

Bienvenue à The Internet History Sourcebooks Project, a collection of public domain and copy-permitted historical texts presented cleanly (without advertising or excessive layout) for educational use. Primary sources are available here primarily for use in high-school and university/college courses. From the outset the site took a very broad view of the sources that should be available to students and as well as documents long associated with a "western civilization" approach to history also provides much information on Byzantine, Islamic, Jewish, Indian, East Asian, and African history. You will also find many documents especially relevant to women's history and LGBT studies.

Search engines such as Google now deliver may users directly to relevant documents, but the various Indice pages are the key to the best use of this site. You can access the major divisions of the site from the subject indexes at the top of each page. Within each major division the left of each page directs you to more focused indexes. Any given document may me listed in several indexes.

Les IHSP is both very large and fairly old in Internet terms. At the time it was begun (1996), it was not clear that web sites and the documents made available there would often turn out to be ephemeral. The index pages therefore contained links to the thousands of documents available at this Fordham University website alongside links to documents at other websites. As a result of a process called "link rot" - which means that a "broken link" is a result of someone having taken down a web page - this means some links no longer worked. Since 2000, very few links to external sites have been made and we make efforts is under way to remove bad links. Very often you will be able to find archived versions of such documents by using the Wayback Machine [www.archive.org].

This site at Fordham can now be searched via the Search box at the top of each page.

I am always happy to hear from people who wish to submit copy permitted texts to the various sites below.

The Internet History Sourcebooks

  • Internet Ancient History Sourcebook
    A "classroom usable" sourcebook of copy-permitted material for Ancient history and civilization courses.
  • Internet Medieval Sourcebook
    This is an online sourcebook of copy-permitted, although not necessarily copyright-free, source material for Medieval Studies. It is the largest online resource of medieval and Byzantine textual sources.
  • Internet Modern History Sourcebook
    Now with almost as many online texts as the Medieval Sourcebook, this also constitutes a "classroom usable" sourcebook of copy-permitted material for Modern European history and Modern Civilization courses. North American and Latin American documents are located within its structure.

SUBSIDIARY SOURCEBOOKS

The following consist of thematically based subsets of texts, with some additional documents and links, of the three main Source-books listed above.

The following consist of thematically based subsets of texts entirely taken from the three main Sourcebooks listed above, along with documents from the subsidiary source-books


    Traveler's accounts of their journeys and the lands they visit are important sources in understanding the past. As outsiders, travelers often note aspects of a culture that are too commonplace for local commentators to mention. More than this, travelers often provide some insight into how their own society understood itself in relation to other cultures.
  • Legal History: Ancient and Medieval

Historical Studies Websites

  • Byzantium: Byzantine Studies on the Internet
    This page reflect my primary interest as a historian - the history and culture of the Byzantine Empire.
  • Medieval New York
    A guide prepared by students in my Fordham medieval courses to the Middle Ages in New York City.

Comprehensive Bibliographies

    2019 [PDF].[See also Items added since 2000 [PDF]
  • Saints: A Research Guide 2005 [PDF]
  • The Byzantine Saint: A Bibliography 2005 [PDF]
  • Listening to Medieval Music 2002 [Discography] Expanded PDF Version
  • Bibliographical Guide to Lesbian and Gay History
  • Bibliography of Lesbian, Gay, Bisexual Catholic Studies v.5.1 [PDF]

Articles, etc.

  • Paul Halsall, Life of St. Thomaïs of Lesbos (introduction and translation) in Holy Women of Byzantium: Ten Saints’ Lives in English Translation, edited by Alice-Mary Talbot, Washington: Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 1996. 291-322 [PDF]
  • Paul Halsall: Wedded to Christ: Nuptiality and Gender Reversal in the Lives of Byzantine Male Saints, Byzantine Studies Conference, Wisconsin, 26-28 September 1997, updated version [PDF]
  • Paul Halsall: Male-Bonding: Homosexuality and Friendship in Byzantine Saint's Lives. Queer Middle AgesConference, New York, November 6, 1998 [PDF]
  • Paul Halsall: Men's Bodies, Women's Souls: Sanctity and Gender in Byzantium. PhD Dissertation, Fordham University, New York, 1999 [PDF]
  • Paul Halsall: Judith Bennett's Contribution to Doing a History of and for Lesbians and Gays. Panel 1298: "Lesbian Like" and its Theoretical and Historical Implications for the Study of the History of Women's Sexuality: A Roundtable Discussion with Judith Bennett. 35th International Congress on Medieval Studies, Kalamazoo MI., May 5, 2000.
  • Paul Halsall: Same-Sex Marriage, the Majesty of the Law, and the Power of Language: _____ and ____vs. the Attorney General of Canada (Affidavit of 2001). 2001 [PDF]
  • Paul Halsall: Thinking about Historical Film: Is it Worth the Trouble? 2002 [PDF]
  • Paul Halsall: Early Western Civilization under the Sign of Gender: Europe and the Mediterranean (4000BCE-1400CE), in Blackwell Companion to Gender History, edited by Teresa A Meade and Merry E Wiesner-Hanks, Cambridge: Blackwell, 2005, 285-306. [PDF]

Course Web Sites by Paul Halsall

Various course websites which reflect the use of IHSP documents.

Western Civilisation Courses

Core I: Western Civilisation to 1715
A website created for my 2004 course at UNF. This includes lecture/class outlines [Archived Version]

Core II: Western Civilisation since 1715
A website created for my 2004 course at UNF. This includes lecture/class outlines [Archived Version]

Modern History Course: The West: Enlightenment to Presents
A page created for my Fall 1998 Modern History survey course at Fordham University, The West: From the Enlightenment to the Present.

European History and Historians I
A website created for my 2004 course training graduate students how to teach introductory history courses. This course parallels a typical undergradiuate survey course, but with a reading load directed at graduate students who will be teaching such courses. [Archived Version]

European History and Historians II
A website created for my 2004 course training graduate students how to teach introductory history courses. This course parallels a typical undergradiuate survey course, but with a reading load directed at graduate students who will be teaching such courses.[Archived Version]

Medieval History Courses

Medieval Studies Course or low graphics version
A page created for my Fall 1996, and after, Medieval survey course at Fordham University, The Shaping of the Medieval World.

Medieval Europe
A website created for my 2004 course on Medieval Europe at UNF. This includes lecture/class outline [Archived Version]

Byzantium
A website created for my 2004 course on Byzantine History at UNF [Archived Version]

Les croisades
A website created for my 2005 course on the Crusades at UNF [Archived Version]

World History Courses

Core 9: Chinese Culture
A website created for my 1996-1999 courses in Chinese Culture at Brooklyn College. [Archived Version]

Islamic History to 1798
A website created for my 2005 course on Islamic History at UNF [Archived Version]

Themed Courses

Myth, Epic, and Romance: Medieval History in Film
A website created for my 2005 course at UNF [Archived Version]

Saints, Sainthood and Society
A website created for my 2005 seminar on the history and culture of sainthood at UNF with extended outline [Archived Version]

Sex and Gender in Pre-Modern Europe
A website created for my 2002 course on sex and gender in history UNF [Archived Version]

Les Projet de manuels d'histoire d'Internet est situé au Département d'histoire de l'Université Fordham, New York. L'Internet Medieval Sourcebook et d'autres composants médiévaux du projet sont situés au Fordham University Center for Medieval Studies. L'IHSP reconnaît la contribution de l'Université Fordham, du département d'histoire de l'Université Fordham et du Centre Fordham d'études médiévales en fournissant un espace Web. et support serveur pour le projet. L'IHSP est un projet indépendant de l'Université Fordham. Bien que l'IHSP cherche à respecter toutes les lois applicables en matière de droit d'auteur, l'Université Fordham n'est pas le propriétaire institutionnel et n'est pas responsable à la suite d'une action en justice.

© Concept et design du site : Paul Halsall créé le 26 janvier 1996 : dernière révision le 20 janvier 2021 [CV]


Histoire

From oral histories to theories of state formation, history majors at Oberlin draw on an array of methods to investigate a range of questions. Our students learn about how people lived in the past as well as the structures and institutions that shaped their experience. With an emphasis on meticulous, detailed-oriented research as well as writing and communication skills, Oberlin&rsquos undergraduate historians are poised to flourish in a range of professional pathways and as engaged citizens in a rapidly changing world.

An Engaged and Supportive Community of Scholars

Oberlin&rsquos Department of History is a dynamic home for curious students. Our majors have curated exhibitions on Joan of Arc and the history of former Japanese internees. They have conducted oral histories of Lorain County and traveled to archives in Moscow and Beijing. They help professors revise textbooks, research monographs, and reinterpret overlooked historical figures, studying how history itself changes over time. Through a commitment to advising and mentorship, our world-class faculty work on the cutting edge of historical scholarship, bringing research and pedagogy together in seminars, winter term projects, capstones and public humanities exhibitions.


Welsh Castle Index

F or convenience our main castle index is arranged alphabetically with a hyperlink from the top menu to specific letters of the alphabet. The amount of information and number of photographs vary for each castle listed. Select the map page to help pinpoint locations for many of the better-known castles, or click on the map below to display castles of a certain region. You may notice that not all of the castles listed below are found in Wales. These are the Marcher castles found on the English side of the Anglo-Welsh border, many of which were constructed specifically to help control this often volatile and much-contested region. These English castles are denoted by the flag of St. George.

The conditions of castles listed herein vary greatly from nearly-complete fortresses to those with scant remains and others that can only be identified by their surviving earthworks. Nevertheless, some of these "vanished castles" were significant and played important roles in both the conquest of Wales and/or the defense of Wales by her native rulers. As such, they should not be marginalized today simply because they lack the impressive remains of other better-known fortresses.

As a supplement to this index we also offer a more complete Welsh Castle Database which includes over 400 known castles and castle sites in Wales and the Marches.

Castles listed in the index accompanied by this icon feature high quality digital photographs.

| A | B | C | D | E | F |G |H | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | W |


A Visit to the Atomic Testing Museum

The museum, a partnership between the Nevada Test Site Historical Foundation and the Desert Research Institute, is an affiliate of the Smithsonian Institution and is located just east of the Las Vegas strip. The goal of the museum is to preserve and foster public accessibility to the history associated with the Nevada Test Site (NTS) and the Nation's nuclear weapons testing program..


Conclusion

Both Jews and Samaritans came from the ancient Israelite population. The Samaritans refer themselves as the descendants of Israelites on the other hand, the Jews consider themselves the descendants of Judah. This article has tried to discuss the difference between Jews and Samaritans from various stances.

Craig is a full-time academic and research-based article writer from California. A trained content creator who started his career as a column writer for local magazines and newspapers. His works have been published on many renowned online platforms.


A tuning fork is a tool for tuning musical instruments. It was invented by a trumpet player named John Shore (1662-1751). The tuning fork is composed of a handle attached to the center of a U-shaped steel rod. By striking the rod, sound is created, and the frequency of the resulting vibrations per second is used as a standard for tuning a musical instrument. The three tuning forks of the Yamaha Logo represent the cooperative relationship that links the three pillars of our business -- technology, production, and sales. They also evoke the robust vitality that has forged our reputation for sound and music the world over, a territory signified by the enclosing circle. The mark also symbolizes the three essential musical elements: melody, harmony, and rhythm.

This is the design with a "Ho-oh" (Chinese phoenix) holding a tuning fork in its mouth, which was established as the trademark in 1898, one year after Nippon Gakki Co., Ltd. was established.
The mark was known for being used on top quality organs, which illustrates how the Founder always aimed to create world-class products.

List of site sources >>>